Profils de gouvernance de la migration

0: Indicateurs de gouvernance des migrations (IGM)

Indicateurs de gouvernance des migrations (IGM)

En 2015, l'OIM a élaboré le cadre de gouvernance des migrations (MiGOF) pour aider les pays à définir ce à quoi une « politique de migration bien gérée » pourrait ressembler au niveau national. Le MiGOF a été accueilli par les États membres de l'OIM la même année. Les indicateurs de gouvernance de la migration (IGM) ont été développés pour aider les pays à opérationnaliser le MiGOF en utilisant un ensemble d'environ 90 indicateurs qui pourraient être appliqués dans six domaines clés de politiques publiques.

Cliquez sur la roue pour en savoir plus sur les six dimensions de la gouvernance de la migration incluses dans le MiGOF et les IGM.

Les indicateurs de gouvernance des migrations (IGM) sont un outil fondé sur des contributions de politique générale, qui donne une idée des moyens d’action que les pays peuvent mobiliser pour renforcer leur gouvernance des migrations. Le but des IGM n’est pas tant d’établir un classement des pays sur la base de leur formulation et de leur mise en œuvre de politiques de migration, mais plutôt de servir de cadre pour les aider à déterminer si celles-ci couvrent tous les aspects de la question, et à identifier les lacunes et les domaines susceptibles d’être renforcés. Les IGM visent à faire avancer les discussions sur la gouvernance des migrations en précisant ce à quoi pourraient ressembler des « migrations bien gérées » dans le contexte de la cible 10.7 des ODD.

Pour de plus amples informations sur le processus relatif aux IGM, cliquez ici

1: Droits des migrants

Droits des migrants

Les indicateurs dans ce domaine examinent : 

  • Accès des migrants aux services sociaux de base et à la sécurité sociale. 
  • Regroupement familial
  • Droit au travail 
  • Résidence de longue durée et cheminement vers la citoyenneté 
  • Participation civile

Les indicateurs dans ce domaine examinent les droits des migrants aux services sociaux de base tels que la santé, l'éducation et la sécurité sociale. Ils décrivent également les droits des migrants au regroupement familial, au travail, à la résidence et à la citoyenneté.

2: Approche associant l’ensemble du gouvernement

Approche associant l’ensemble du gouvernement

Indicateurs dans ce domaine examinent : 

  • Cadre institutionnel 
  • Stratégie de migration 
  • Cadre juridique 
  • Transparence institutionnelle et cohérence 
  • Données sur les migrations

Les indicateurs dans ce domaine évaluent les cadres institutionnels, juridiques et réglementaires des pays en matière de politiques migratoires. Il passe également en revue l'existence de stratégies nationales de migration en phase avec le développement, ainsi que la transparence institutionnelle et la cohérence en matière de gestion des migrations. Ce domaine étudie la mesure dans laquelle les gouvernements collectent et utilisent les données de migration.

3: Partenariats

Partenariats

Les indicateurs dans ce domaine se penchent sur :

  • La signature et la ratification des conventions internationales. 
  • Accords bilatéraux 
  • Coopération régionale coopération mondiale

Ce domaine met l'accent sur les efforts déployés par les pays pour coopérer sur les questions liées à la migration avec d'autres États et avec les acteurs non gouvernementaux concernés, y compris les organisations de la société civile et le secteur privé. La coopération peut conduire à des améliorations de la gouvernance en alignant et en élevant les normes, en renforçant le dialogue et en fournissant des structures pour surmonter les défis. La ratification des principales conventions internationales est également incluse dans ce domaine.

4: Bien-être des migrants

Bien-être des migrants

Les indicateurs dans ce domaine examinent : 

  • Gestion des migrations de main-d'œuvre 
  • Systèmes de reconnaissance des compétences et des qualifications
  • Règlement sur la migration des étudiants 
  • Accords bilatéraux sur le travail 
  • Transfert de fonds des migrants

Ce domaine comprend des indicateurs sur les politiques nationales de gestion du bien-être socioéconomique des migrants, à travers des aspects tels que la reconnaissance des qualifications scolaires et professionnelles des migrants, les dispositions régissant la migration des étudiants et l'existence d'accords bilatéraux entre pays. Les indicateurs se concentrent également sur les politiques et stratégies liées à l'engagement de la diaspora et aux envois de fonds des migrants. 

5: Aspects d’une crises relatifs à la mobilité

Aspects d’une crises relatifs à la mobilité

Les indicateurs dans ce domaine examinent : 

  • La résilience et la préparation aux crises 
  • Les interventions d'urgence 
  • Les actions d'après-crise
  • L'inclusion des migrants

Ce domaine étudie le type et le niveau de préparation des pays lorsqu'ils sont confrontés à des aspects des crises liés à la mobilité et causés par des catastrophes, l'environnement et / ou des conflits. Les questions sont utilisées pour identifier les processus en place pour les ressortissants et les non-nationaux pendant et après les catastrophes, y compris si l'aide humanitaire est également disponible pour les migrants comme pour les citoyens.

6: Migrations sûres, ordonnées et régulières

Migrations sûres, ordonnées et régulières

Les indicateurs dans ce domaine examinent : 

  • Contrôle et gestion des frontières
  • Critères d'admission et d'admissibilité 
  • Politiques de retour et de réinsertion 
  • Mesures de lutte contre la traite et le traffic des êtres humains 

Ce domaine analyse l'approche des pays en matière de contrôle des frontières et d'application des critères d'admission des migrants, la préparation et la résilience en cas de flux migratoires importants et inattendus, ainsi que la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic de migrants. Il évalue également les efforts et les incitations pour aider à intégrer les citoyens qui reviennent dans leur pays.

Pays ayant participé au projet relatif aux IGM

Les indicateurs de gouvernance des migrations (IGM)

Processus relatif aux IGM

Le processus relatif aux IGM comporte quatre étapes :

FR infographic

  1. Lancement : La première étape du processus est d’organiser une séance d’information à l’intention de fonctionnaires gouvernementaux pour leur expliquer en quoi consistent les IGM et s’assurer leur pleine adhésion.
  2. Collecte et analyse des données : La deuxième étape est de commencer à recueillir et à analyser des données sur la base de près de 90 indicateurs fondés sur les six dimensions du Cadre de gouvernance des migrations (droits des migrants, approche associant l’ensemble du gouvernement, bien-être des migrants, partenariats, aspects d’une crise relatifs à la mobilité, et migrations sûres, ordonnées et régulières). Un projet de profil de gouvernance des migrations, établi sur la base des résultats de l’analyse, est ensuite communiqué aux interlocuteurs gouvernementaux.
  3. Consultation interministérielle : La troisième étape est d’organiser une consultation interministérielle au cours de laquelle tous les ministères et autres acteurs compétents examinent les bonnes pratiques et les principales lacunes identifiées dans le projet de profil de gouvernance des migrations. Cette consultation leur offre également l’occasion de formuler des observations sur le projet de profil et de faire des suggestions à cet égard.
  4. Publication du rapport sur le portail des données migratoires mondiales "Global Migration Data Portal": Une fois finalisés et approuvés par les interlocuteurs gouvernementaux, les profils de gouvernance des migrations sont publiés sur le portail des données migratoires mondiales de l’OIM.

Les pays peuvent prendre les IGM comme point de départ pour bien comprendre ce que désigne le terme « bonne gouvernance » dans le contexte de la migration. Les IGM pourront aussi – une fois leur champ élargi – constituer une source d’informations diverses sur des « pratiques exemplaires » dont les pays pourront s’inspirer pour concevoir leurs institutions et formuler leurs orientations stratégiques. Dans un premier temps, les pays pourront utiliser les IGM pour acquérir une vision globale de leur structure de gouvernance des migrations et identifier les lacunes importantes ou les domaines devant être renforcés. Enfin, ils pourront s’aider de cette méthodologie pour rendre compte, au Forum politique de haut niveau pour le développement durable, des efforts mis en œuvre à l’échelle nationale pour atteindre les ODD.

Le financement est assuré par le Gouvernement de la Suède.

SW
Last update on
05.25.2018