Migration et déplacements forcés

Last updated on 8 July 2020

Les études sur la migration forcée ou involontaire — parfois qualifiées de déplacement forcé ou involontaire — établissent souvent une distinction entre déplacements causés par les conflits et déplacements causés par des catastrophes. En général, les premiers sont causés par l’homme et les seconds provoqués par des causes naturelles. Les définitions de ces concepts sont utiles, mais la ligne de démarcation peut-être floue dans la pratique car les conflits peuvent être causés par des différends au sujet de ressources naturelles et l’activité humaine peut déclencher des catastrophes naturelles telles que des glissements de terrain.

Les pays confrontés à des déplacements forcés — causés par l’homme ou la nature — recueillent des données sur les populations déplacées, généralement en combinant les recensements de la population, les enquêtes sur les ménages, le nombre de personnes ayant franchi les frontières, les dossiers administratifs et les registres des bénéficiaires.

Au niveau international, les données sur la migration forcée sont recueillies ou établies par diverses organisations intergouvernementales, telles que le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), ainsi que des organisations non gouvernementales (ONG) telles que l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC).

Data Innovation Directory
Data Innovation Logo
Learn more
Infographie